Jeux de société

Sociojeux: le jeu sous toute ses formes

sociojeux

Francis Gagnon, le Président et fondateur de Sociojeux était de passage dans la ville de Québec. L’équipe du Salon en a donc profité pour s’entretenir avec celui qui pratique le métier d’animateur ludique depuis maintenant plus de 10 ans.

Pourquoi avez-vous choisi de vous lancer dans ce domaine?
J’ai eu l’idée lorsque j’étais aux Îles-de-la-Madelaine. Ma conjointe y travaillait. Comme on ne connaissait personne, nous avions apporté de nouveaux jeux de société, dont le jeu Carcassonne. Lorsqu’on y jouait dans le café du coin, les gens venaient nous voir et nous demander à quoi on jouait. J’ai alors découvert que j’aimais bien parler des jeux de société et les expliquer. J’ai alors cherché tout ce qui se faisait au Québec. Je me suis rendu compte que nous étions à des années lumières de ce qui se faisait en Europe. Aujourd’hui, c’est moins pire, mais il y a dix ans, c’était fou comme on était en retard. Je me suis beaucoup inspiré de ce qui se faisait sur le « vieux continent » pour construire mon plan d’affaire. Lorsque nous sommes rentrés au Lac St-Jean, j’ai commencé à obtenir des contrats. Sociojeux a vraiment pris sa place il y a 6 ans lorsque j’ai obtenu un contrat avec le Festival Juste pour rire de Montréal avec lequel je collabore depuis.

Comment percevez-vous l’industrie du jeu de société aujourd’hui?
L’industrie est présentement dans une montée fulgurante. J’irais même jusqu’à comparer le phénomène à une vague de fond qui grossit sans cesse. Il n’y a pratiquement aucune publicité qui est fait dans le milieu. Le bouche-à-oreilles est très fort. Les gens qui jouent se parlent, en parlent avec leurs amis et leur famille qui, à leur tour, en parlent avec leurs amis et leur famille, etc. Aussi, le joueur de jeux vidéo se tourne de plus en plus vers le jeu de société. Ils veulent faire des rencontres sociales et ne sont pas nécessairement intéressés par les bars et les clubs de danse. Je dirais que le jeu de société est en train de devenir un outil culturel important. D’ici quelques années, il sera aussi important que la musique et les livres. Par ailleurs, l’émission Infoman s’est amusée à associer des jeux de société à nos politiciens.

Combien d’événements animez-vous par année?
J’anime entre 50 et 100 événements par année. Ça varie beaucoup. Plus je fais de gros événements, moins j’ai de temps pour les « petits ». De plus, les services de garde commencent à nous découvrir. Aussi, comme je me déplace à la grandeur de la province, les événements sont éloignés et demandent plus de temps.

Quel est le plus gros événement que vous ayez eu la chance d’animer jusqu’à présent?
Le plus gros événement auquel j’ai eu l’opportunité de participer et collaborer est sans aucun doute le Festival Juste pour Rire. C’est un événement qui rassemble 2 millions de personnes sur 16 jours et c’est 200 000 personnes qui viennent jouer à mes jeux durant cette période. C’est vraiment extraordinaire de faire partie d’un événement de la sorte!

Crédit photo: Sociojeux

Crédit photo: Sociojeux

Quels sont les différents services que vous proposez?
Évidemment, mon service le plus populaire est l’animation. J’offre également un service de formations ludiques, de la vente et de la location de jeux. Je travaille aussi présentement sur un projet de camion jeu.

Qui peut utiliser vos services?
Tout le monde! Que vous soyez une entreprise, petite, moyenne ou grosse, un particulier, un organisme, une école, etc. À chaque fois qu’il y a du divertissement, mes services peuvent être requis.

Quels types de jeux et combien en possédez-vous?
J’ai environ 2500 jeux. Je possède également 150 jeux géants. Les jeux géants, ou « Géanjeux » comme je les appelle sont en fait des jeux de grande taille fait de matériaux nobles comme le bois. Ce qui est plaisant avec les « Géanjeux », c’est que ça se joue très rapidement. L’animation de ces jeux est très populaire. Ça attire l’œil et c’est très pratique pour les événements.

SJ1

Crédit photo: Sociojeux

Quel est votre jeu le plus populaire?
J’en ai 2 qui sont très populaires. Le premier est le Passe-trappe. Il s’agit d’un « Géanjeux ». Les parties sont très rapides et c’est très dynamique. L’autre est le jeu Blokus qui, comme Passe-trappe, est un jeu géant. Par ailleurs, Sociojeux possède sans aucun doute la plus grosse collection de jeux géants Blokus au Québec et je dirais même au Canada.

Crédit photo: Sociojeux

Dans vos temps libres, quel est votre jeu préféré?
Whoa! C’est tellement difficile de te donner une réponse vite de même. [Moment de réflexion …] Je dirais le jeu MiniVille. Très pratique. J’y ai joué beaucoup et j’y joue encore avec mes filles. Très facile et très pratique comme jeu. Pour faire court, ça ressemble beaucoup au Monopoly. Il y a un dé, on peut y acheter des choses, il y a des cartes que l’on peut acquérir et activer, on peut bloquer les autres, etc. Grosso modo, lance le dé, fait un «move» avec les cartes et passe le dé au suivant.

À quoi les gens peuvent s’attendre de votre kiosque au Salon?
J’y présenterai bien sûr mon service d’animation. Les gens pourront y également découvrir les différents événements à venir et pourront effectuer des achats sur place. Les populaires Géanjeux seront également présents! J’y présenterai également mes plus récentes acquisitions et mes plus spectaculaires également !

Pourquoi avoir choisi de participer au Salon du jeu et du jouet en cette première année?
Ça fait 10 ans que je fais ce travail. Je me considère comme un précurseur du milieu et comme je considère les promoteurs du Salon comme des précurseurs également. Ils ont décidé de prendre le taureau par les cornes pour faire un événement de la sorte.

Êtes-vous plus crémeuse ou traditionnelle?
Traditionnelle. J’aime la tradition dans la continuité. Dans les bons jeux il y a toujours les mêmes «patterns» qui sont retravaillés et améliorés avec une certaine tradition. En résumé, j’aime bien les nouvelles traditions et encore plus la traditionnelle nouveauté!

Pour plus d’informations, veuillez visiter le http://sociojeux.com/

LES TROIS LYS – Récompense les meilleurs jeux de société au Québec

les 3 lys

Les Trois Lys seront présents au Salon du jeu et du jouet pour couronner les meilleurs jeux de société. La remise des prix se fera le dimanche après-midi, en compagnie du comédien Normand D’Amour. Mais qu’est-ce que les Trois Lys? Pour en savoir plus sur ce prix, nous avons rencontré Michel Bédard, président du jury.

Présentez-nous les Trois Lys?

Les Trois Lys est un prix qui a été créé par Catherine Goldschmidt, en 2009. L’objectif des 3 est de promouvoir le jeu de société et de favoriser le jeu d’auteur en français au Québec. Dans un marché où on est envahi par la culture anglaise, nous voulions nous assurer que des jeux de société de qualité en français puissent prendre leur place et être connu du public. Cela permet de mettre des jeux en vedette et d’encourager l’industrie du jeu de société à rendre disponible ces jeux en français au Québec. Il y a trois prix : Lys Grand Public, Le Lys enfant et le Lys Passionné.

Quels sont les critères retenus pour qu’un jeu puisse prétendre à l’un des prix des Trois Lys?

La première condition, c’est que les jeux présentent des règles en français. Ensuite, l’auteur doit être clairement identifié. Enfin, il doit être distribué au Québec. Le jeu peut paraître avant en Europe, mais c’est sa date d’arrivée en distribution au Québec qui sera prise en considération.

Pourquoi parlez-vous de « jeux d’auteur »?

Notre désir, c’est que le jeu soit considéré comme un objet culturel au même titre que les livres, les films… On est habitué à voir des boîtes de jeux avec juste un titre sans tenir compte des personnes qui sont derrière leur création. Nous, nous considérons que c’est important. L’exercice de création d’un jeu est un long processus et certains d’entre eux connaissent de beaux succès. Un jeu créé par Bruno Cathala, par exemple, peut devenir la raison principale pour laquelle on l’achète, un peu comme on achète un livre pour son auteur.

jury trois liste

Comment fonctionne le processus de sélection des jeux nominés?

Tout d’abord, les membres du jury sont retenus pour leur intérêt et leur passion pour le jeu de société. Pour le Lys Enfant, les candidats retenus doivent évidemment avoir des enfants pour juger de leur intérêt. Dans les autres catégories, ce sont souvent des personnes impliquées dans le milieu (propriétaire de pub ludique, animateur de jeux de société, organisateur de rencontre ludique, etc.). Par contre, un éditeur de jeu, un créateur ou encore un artisan de l’industrie ne peut être membre du jury si
l’un de ses produits est éligible dans une catégorie des Trois Lys durant l’année en cours. Nous tenons à garder notre indépendance.

Ensuite, nous avons une liste de jeux éligibles. Cette liste se construit tout au long de l’année. Après, c’est aux membres du jury d’avoir la discipline de les essayer. Idéalement, au moins une fois mais il y a une liste de 170 jeux donc ce n’est pas toujours possible de les essayer tous plusieurs fois.

Après quoi, on leur attribue une cote en fonction de leur potentiel. Si on se dit que les autres membres du jury doivent vraiment l’essayer on va mettre une cote dans ce sens. Si après quelques essais, on se dit que les autres membres ne doivent pas perdre leur temps à l’essayer, alors la cote sera plutôt négative. Si plusieurs membres attribuent une moins bonne cote à un jeu, souvent, celui-ci est retiré de la liste.

Avant d’éliminer un jeu, on s’assure que tout le monde est d’accord. Quand on a 60 jeux dans une catégorie, on doit parfois faire des choix plus ou moins compliqués en fonction du potentiel de chaque jeu.

Il y a une petite différence pour le PRIX LYS ENFANT. Là, les membres du jury doivent avoir des enfants et leur faire essayer. Ils observent les enfants jouer et évaluent le jeu en fonction de leur désir d’y rejouer. Cette année, on a même une école qui s’est impliquée dans la sélection en organisant une journée de jeu avec les enseignants. C’est une première qui a connu un bon succès et renforce la crédibilité du prix.

De la liste des jeux éligibles, on retient 5 nominés, que l’on considère comme étant les meilleurs.

les trois lys

Comment les gagnants sont-ils choisis?

Chaque membre du jury va établir sa liste en classant les jeux selon ses préférences. Le président recueille ces listes. Ensuite, on classe les résultats selon un système de pointage pour déterminer les gagnants. À ce moment-là, les jurés ne connaissent pas les noms des gagnants.

Quel impact à l’attribution de ce prix sur le jeu gagnant ?

Pour qu’un prix ait de la crédibilité et soit reconnu, il faut du temps. Les Trois Lys ont maintenant 7 ans d’existence. Le prix a pour but de devenir une référence au Québec et même à l’international. Nos résultats ont souvent été cités en France, en Espagne et même en Corée, l’année dernière! Chaque année depuis la création du prix de nombreux magazines et journaux tels que la Presse, Coup de Pouce, Gabrielle, Magazine Véro, etc. utilisent notre palmarès pour leur guide-cadeaux des Fêtes.

Est-ce que vous avez pu observer une évolution dans l’impact que ce prix a sur les ventes ou auprès des clients?

L’effet est positif sur les jeux qui remportent un des prix. L’an dernier, les distributeurs ont vu leurs ventes augmenter pour un jeu gagnant. C’est la première fois qu’on a eu impact aussi positif. Pour le prix grand public et enfant, l’effet est plus important. Lentement, mais sûrement, on fait notre marque!

Comment faites-vous la promotion du prix?

Nous avons la chance d’avoir Normand D’Amour comme président d’honneur, un passionné de jeux de société. Il nous donne une belle visibilité et sera d’ailleurs présent au Salon du jeu et du jouet pour dévoiler les noms des gagnants. Sinon nous participons à toutes les grandes rencontres ludiques du Québec ainsi qu’à divers événements (Montréal Joue, Nuit blanche, etc.). Aussi, on essaye de faire la promotion dans les boutiques et faire en sorte que le prix soit visible sur les boîtes de jeux en les identifiant avec des autocollants. Enfin, les éditeurs et les boutiques de jeux mettent aussi de l’avant le prix, car celui-ci ajoute un argument de vente au jeu.

les 3 lys

Pourquoi être présent au Salon du jeu et du jouet?

Le but est de faire connaître l’existence du prix auprès de ceux qui ne le connaissent pas. On essaye que ça devienne un argument de qualité qui puisse guider les consommateurs dans leurs choix. On veut aussi sensibiliser les gens au processus de création d’un jeu et au statut d’auteur. Les auteurs, au même titre que les illustrateurs, sont de plus en plus présents sur les boîtes de jeux.

Au Salon, le public aura aussi l’occasion de découvrir les jeux nominés et de les essayer.

Puis le dimanche, la remise des prix des Trois Lys se fera au Salon en compagnie de Normand D’Amour qui annoncera les gagnants 2015.

Gagnants trois lys 2014

NOMINÉS 2015
Lys enfant lys grand public lys passionné
  • Dino Race, de Roberto Grasso (Intrafin)
  • El Capitan, de Charlotte Fillonneau (Gigamic)
  • Maître Renard, de Frédéric Vuagnat (Superlude)
  • La tour enchantée, d’Inka et Markus Brand (Drei Magier Spiele/Gigamic)
  • Vite la différence, de Haim Shafir (Kikigagne?)
  • Abracada… quoi?, de Gary Kim (Moonster Games)
  • Camel Up, de Steffen Bogen (Filosofia)
  • Colt Express, de Christophe Raimbault (Ludonaute)
  • Gaïa, d’Olivier Rolko (Tiki Éditions)
  • King’s Gold, de Stéphane Maurel (Blue Orange)
  • Broom Service, d’Andreas Pelikan et Alexander Pfister (Alea/Ravensburger)
  • Deus, de Sébastien Dujardin (Pearl Games)
  • Dominant Species, de Chad Jensen (Filosofia)
  • Five Tribes, de Bruno Cathala (Days of Wonder)
  • Saint Petersbourg, de Bernd Brunnhofer et Karl-Heinz Schmiel (Filosofia)

 

Plus d’information : http://www.lestroislys.qc.ca/

Crédit photo : Les Trois Lys

Réseaux Sociaux

Restez à l'affût des dernières nouvelles en nous suivant sur les réseaux sociaux.